Journaliste international austro-afghan, Emran Feroz est allé voir Noam Chomsky à l’université de Tucson en Arizona en 2018 pour y décrypter l’actualité politique internationale entre la crise des migrants, l’impérialisme américain et la menace climatique. Entretiens exclusifs avec l’un des plus grands penseurs du XXème siècle.

(Erman Forez a eu la chance de pouvoir questionner Chomsky à Tuscon dans l’université où le chercheur américain travaille)

 

Chomsky et l’homme universel 

 

Noam Chomsky retrace son parcours en tant « qu’homme universel ». Il définit cet homme comme un(e) intellectuel(le) qui parviendrait à avoir une vision globale du monde et qui pourrait apporter des solutions concrètes avec un nouveau système de pensée et d’action. Léonard de Vinci en était un pour lui. De nos jours, la denrée est de plus en plus rare.

Grand spécialiste de la linguistique, Chomsky a écrit plus d’une centaine d’ouvrages dont le très connu Fabriquer un consentement. La gestion politique des médias de masse (1988) avec l’analyste des médias Edward S. Herman.

(Fabriquer un consentement. La gestion politique des médias de masse, ouvrage principal de la bibliographie de Chomsky)

Toute la pensée de Noam Chomsky est structurée autour des possibles qu’il faudra mettre en oeuvre pour s’en sortir ainsi que d’une critique très virulente des Etats-Unis. Il déplore la perte de ses proches et grands intellectuels Howard Zinn ou encore du palestinien Eqbal Ahmad.

Critique de l’impérialisme américain, du sionisme et réflexions sur le phénomène migratoire

Dans cet ouvrage, les entretiens entre Feroz et Chomsky sont fidèlement retranscrits. Au programme, l’impérialisme américain, Trump, les migrations, Dieu puis les solutions pour espérer et garder un optimisme.

Chomsky nous rappelle d’emblée sur l’impérialisme américain est à la base même de l’histoire des Etats-Unis. Les populations indiennes et d’Amérique étaient cultivées et avancées avant l’arrivée des colons anglais. Les massacres n’ont été que plus violents avec des millions de morts d’une population qui était estimée à 80 millions d’individus.

C’est toute une analyse politique que Chomsky nous propose entre Trump, Sanders et la vision que nous pouvons avoir du phénomène migratoire. Ceux qu’ils appellent les « maitres de l’espèce humaine » comme les nommait Adam Smith ne sont plus que des milliardaires eux-mêmes financés par des grands groupes. Sanders fait exception mais n’a pu avancer davantage car il n’avait pas de moyens financiers.

Pour lui aucune paix dans le monde ne pourra être possible avec autant d’inégalités (sachant que le budget militaire américain est équivalent à la somme des budgets des sept puissances qui suivent le classement). Ils disposent de 800 bases militaires dans le monde et sont présents sur plus de 70% de la planète.

(Adam Smith et sa célèbre Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations)

Pour Chomsky, le problème américain est également lié à ce qu’il considère être un impérialisme sioniste. Il remarque que le Président d’Israël est le seul qui peut venir prononcer des discours au Congrès américain sans même prévenir le président. En 2018, Trump a sérieusement évoqué l’idée de déplacer l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem que Chomsky considère comme un « territoire occupé ». 

 

 

 

Les intellectuels

 

Noam Chomsky nous rappelle que la responsabilité de chacun est proportionnelle à ses privilèges et ses possibilités. Dès lors, il utilise la définition de Kissinger pour catégoriser l’intellectuel comme celui qui se spécialise dans un domaine et peut apporter des réponses à la fois spirituelles et concrètes à des problèmes.

La pensée de l’intellectuel américain reste plutôt pessimiste. Pour lui, il est impossible qu’un cerveau humain puisse concevoir entièrement de nouvelles sociétés. Cependant, il est possible d’en concevoir des petits bouts comme l’a fait le marxisme et de débattre de principes généraux.

 

 

 

Gardons en mémoire ce grand intellectuel qu’a été Noam Chomsky. Les entretiens du présent ouvrage avec le journaliste Emran Feroz nous proposent quelques pistes pour comprendre et nous donnent envie d’agir.

 

Gauchistement votre,

 

Le Gauchiste